Le mythe d’Orphée

Dans cet article, nous allons aborder un des mythes les plus tragiques de l’univers grec, celui d’Orphée. La violence et l’injustice qui abondent dans cette histoire rendent cet héros particulièrement attachant et presque… humain. Nous allons ici retracer ses voyages mais surtout son histoire d’amour avec Eurydice.

Fils du roi de Thrace Œagre et de la Muse de la poésie épique Calliope, Orphée développa très tôt un don pour la musique et devint incontestablement le meilleur musicien de la Grèce antique. Apollon, ne pouvant ignorer le talent et les exploits du jeune homme, lui offrit sa légendaire Lyre à sept cordes. Orphée rajouta deux nouvelles cordes à la Lyre pour remercier les neuf muses dont sa mère de lui avoir enseigné la pratique de cet instrument. Son talent pouvait charmer tout ce qui composait le monde y compris les objets inanimés et les forces maléfiques.

L’aventure d’Orphée commença en Égypte ou celui-ci fit la rencontre de Jason et son équipage, les argonautes, qu’il finit par rejoindre dans leur quête pour la toison d’or. C’est d’ailleurs Orphée qui a sauvé les argonautes des maléfiques sirènes en chantant par-dessus les voix de ses dernières et en neutralisant leur pouvoir de séduction. 

En rentrant chez lui de son expédition avec les argonautes, il fit la rencontre d’Eurydice pour qui il tomba éperdument amoureux. Heureusement pour Orphée, sa beauté naturelle et son chant suffirent à séduire sa dulcinée. Le jour de leur mariage, le dieu Aristée qui était invité, importuna la mariée en la séduisant. Celle-ci, subjuguée par le comportement du dieu, prit la fuite. Malheureusement, Eurydice posa le pied sur un serpent qui lui mordit le mollet immédiatement, la jeune fille succomba de cette morsure et descendit dans le royaume des enfers.

Orphée trouva le corps inanimé de sa belle et pleura toutes les larmes de son corps devant la splendeur perdue de sa tendre épouse. Désespéré et inconsolable, il trouva dans tous son malheur un soupçon d’orgueil. De cet orgueil, il trouva la force suffisante pour prendre la décision d’aller chercher sa défunte femme aux Enfers.

Aux portes des enfers se trouve une créature terrible, un monstrueux chien à trois têtes, le Cerbère. Mais ce n’est pas le seul monstre qui s’y cache, toutes les créations les plus infâmes de Grèce sont enfermées ici-bas. Cependant, fort de sa lyre et de son chant, Orphée parvint à charmer toutes les âmes des enfers. Même Charon lui fit traverser le Styx Avec comme seule condition que ces derniers naviguent accompagnés du chant d’Orphée.

Ce simple mortel parvint même à enchanter Perséphone et Hadès, reine et roi des enfers. Grâce à cet enchantement Orphée se vit accorder le retour d’Eurydice sous une seule contrainte. « Sur le chemin du retour du monde des morts, Orphée doit marcher devant Eurydice et ne jamais se retourner pour la regarder avant d’avoir quitté les enfers. » 

Orphée accepta la condition sans aucune hésitation et emmena Eurydice loin des enfers. Mais à quelques mètres de la fin, un sentiment étrange envahit Orphée, un mélange entre l’angoisse qu’il soit arrivé quelque chose à Eurydice en silence, l’impatience de voir le doux visage de sa femme et le doute de la présence de cette dernière. 

Alors celui-ci, rongé par ce sentiment singulier, se retourna et vit la splendide Eurydice qui le suivait, mais Orphée ayant trahi sa promesse, il vécut une deuxième fois la disparition de sa femme devant ses yeux. Ce dernier eu bien conscience qu’il venait de perdre définitivement sa dulcinée et tomba dans un chagrin encore plus grand que le premier.

La mort d’Eurydice n’a jamais entravé l’amour d’Orphée et après la disparition de cette dernière, le héros délaissa la musique et se laissa aller, attendant le jour de sa mort. Et cette fin, ce sont les ménades qui vont lui apporter, celles-ci, dépitées et jalouses de l’amour éternel d’Orphée pour Eurydice, décapitèrent et déchiquetèrent notre héros. 

Les muses, dévastées par cette perte, confirent la lyre d’Orphée à Zeus pour qu’il la place dans le ciel étoilé, c’est ainsi que naquit la constellation de la lyre. 

Orphée mourut comme il a vécu, son corps comme poussière sur terre et son âme comme étoile dans le ciel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :