Arès

Arès est le dieu grec de la guerre. Connu pour sa soif impulsive et insatiable de sang, il était le plus méprisé des Dieux olympiens. Sur la plupart de ses représentations, il porte une armure complète et un casque à grande crinière, il tient une lance et un bouclier. Parfois, il est représenté avec un char attelé de deux ou quatre chevaux. Le dieu guerrier était toujours rouge et brûlant de rage. Il a tout de même des qualités tel que sa beauté et son courage, sans quoi Aphrodite, la déesse de l’amour, ne serait pas tombée amoureuse de lui. Son équivalent dans le monde romain était Mars. Celui-ci était souvent représenté d’une manière plus calme et disciplinée qu’Arès.
Arès est le fils de Zeus et Héra. Sa force lui est héritée de son père et sa soif de violence de sa mère. Ses frères et sœurs directs étaient les divinités Hebe et Eileithyia, et ses demi-frères et demi-sœurs étaient Athéna, Apollon, Dionysos, Hermès, Heracles, Hélène de Troie et Héphaïstos. De nombreux mythes grecs racontent qu’Arès était rejeté par ses parents. D’autres Dieux olympiens le haïssaient complètement. C’est peut-être ce qui a amené Arès à créer le chaos total autour de lui.
Comparé à Athéna, sa sœur, Arès manquait de sagesse et d’esprit stratégique lors de ses combats. La victoire n’avait pas d’importance pour lui ; il voulait voir des hommes se battre et s’entretuer.
Comme beaucoup de dieux, Arès eut plusieurs enfants illégitimes avec des déesses et des femmes mortelles. La plupart des enfants d’Arès venaient de son union avec Aphrodite. Leurs enfants, Phobos (le dieu de la peur) et Deimos (le dieu de la terreur) accompagnaient presque toujours leur père au combat. Les quatre principaux Erotes (Eros, Anteros, Himeros, et Pothos) ont plutôt hérité d’Aphrodite. Harmonia était associée à l’harmonie, elle tentait d’annuler au maximum les mauvaises actions d’Arès et ses enfants bellicistes. Adrestia était, elle, responsable de maintenir l’équilibre entre l’amour et la haine. Enfin, Hippolyte, une autre fille d’Arès, est devenu la reine d’Amazonie. C’est pourquoi, les Amazones, courageuses mais belliqueuses, sont considérées comme des descendantes d’Arès.
Le combat entre Arès et Heracles est certainement l’histoire la plus connue de ce dieu. Kyknos, l’un des fils d’Arès, terrorisait les pèlerins qui se rendaient à l’oracle de Delphes. Apollon en colère face aux actes de Kyknos envoya Heracles pour calmer la situation. Après que Kyknos soit tué par Heracles, Arès voulu se venger de la mort de son fils. Avec l’aide de la déesse Athéna, Heracles blessa gravement Arès, et s’y prend à ses enfants : il vola la ceinture magique de Hippolyte ainsi que le troupeau de bétail de Eurytion.
Pendant la guerre de Troie, Arès a soutenu les Troyens. Selon l’Iliade d’Homère, sa présence l’a amené à une confrontation directe avec sa sœur, Athéna. D’un côté, les Grecs comptaient sur la sagesse et la stratégie de leur déesse patronne. D’un autre côté, les Troyens comptaient sur la force brute d’Arès, très peu sur la stratégie. Au final, les Grecs sont sortis grandement vainqueur. L’histoire raconte qu’Athéna a jeté un rocher sur Arès qui s’en ait sorti gravement blessé. Il a été soigné avec les potions et herbes magiques de Paieon, le seul dieu qui a accepté de lui venir en aide.

Nous aurions pu expliquer comment Arès a tué Adonis par jalousie ou pourquoi il est responsable de la mort du fils de Poséidon, Halirrhothios.
Mais ce sont d’autres histoires !

Un avis sur « Arès »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :